Prior, JA, Mallen, CD, Chandratre, P, Muller, S, Richardson, J and Roddy, E (2017) Des caractéristiques de la goutte associées à la dépression mais pas à l’anxiété en soins primaires : conclusions initiales d’une étude de cohorte prospective. Revue du Rhumatisme, 84 (5). pp. 423-429. ISSN 1169-8330

[img]
Preview
Text
E Roddy - Des caracteristiques de la goutte....pdf - Accepted Version
Available under License Creative Commons Attribution Non-commercial No Derivatives.

Download (589kB) | Preview

Abstract

Objectifs
Déterminer la prévalence de l’anxiété et de la dépression dans le contexte de la goutte, examiner les liens entre certaines caractéristiques de la goutte et ces comorbidités et identifier le rôle de l’allopurinol dans ces relations.

Méthodes
Dans le cadre d’une étude de cohorte prospective, un questionnaire initial a été envoyé à 1805 participants goutteux âgés de 18 ans et plus et patients de cabinets de soins primaires britanniques. Ont été retenus les patients dont le dossier médical faisant mention d’un diagnostic de goutte ou de prescriptions d’allopurinol ou de colchicine deux ans avant le début de l’étude. La prévalence de l’anxiété a été définie au moyen du questionnaire sur le trouble d’anxiété généralisée (TAG) et celle de la dépression, par l’auto-questionnaire Patient Health Questionnaire (PHQ). Une analyse par régression logistique a été réalisée pour explorer les éventuelles associations entre les caractéristiques de la goutte (fréquence des crises sur 12 mois, goutte oligo/polyarticulaire et durée de la maladie) et l’anxiété ou la dépression. Les associations brutes et après ajustement ont été exprimées en odds ratio (OR) et intervalle de confiance (IC) 95 %. Les caractéristiques de la goutte ajustées ont été stratifiées en fonction de la prise d’allopurinol.

Résultats
Au total, 1184 participants (65,6 %) ont répondu au questionnaire initial. La prévalence de l’anxiété et de la dépression était respectivement de 10,0 % et de 12,6 %. Aucune association n’a été observée entre les caractéristiques de la goutte et l’anxiété. Toutefois, la fréquence des crises et la dépression ont été associées chez les patients goutteux sous allopurinol (OR 2,87 [IC 95 % 1,2 à 6,6]) et un lien a également été relevé entre la goutte oligo/polyarticulaire et la dépression (2,01 [1,3][1,2 à 3,3]), aussi bien chez les patients sous allopurinol (2,09 [1,1 à 4,0]) que chez ceux n’en prenant pas (2,64 [1,8][1,0 à 6,8]).

Conclusion
Les patients souffrant de crises de goutte fréquentes ou touchant plusieurs articulations sont susceptibles de présenter des symptômes dépressifs même lorsqu’ils prennent de l’allopurinol. La dépression peut influencer l’observance du traitement et la participation aux examens de routine, ce qui se répercute négativement sur les résultats de la prise en charge de la goutte.

Item Type: Article
Additional Information: This is the accepted author manuscript (AAM). The final published version (version of record) is available online via Elsevier at https://doi.org/10.1016/j.rhum.2017.05.004 Please refer to any applicable terms of use of the publisher.
Uncontrolled Keywords: allopurinol; anxiété; comorbidité; dépression; goutte; soins primaires
Subjects: R Medicine > R Medicine (General)
R Medicine > RA Public aspects of medicine
R Medicine > RC Internal medicine > RC925 Diseases of the musculoskeletal system
Divisions: Faculty of Medicine and Health Sciences > Primary Care Health Sciences
Depositing User: Symplectic
Date Deposited: 16 May 2017 15:22
Last Modified: 12 Jun 2018 08:48
URI: http://eprints.keele.ac.uk/id/eprint/3444

Actions (login required)

View Item View Item